Billetterie en ligne ouverte

Dès votre réservation, vous recevrez tous les détails d'accès


jeudi 16 mai - 20 h - ciné-débat - Petit Théâtre Provins (77)

Centre culturel Saint-Ayoul

10 Rue du Général Delort, 77160 Provins


Projection film documentaire : "Le jardin de Célibidache" (1996)

Réalisation Serge Iaon Celebidachi

La manière dont Serge Ioan Celebidachi a concu la réalisation de ce document filmé sur son père, le chef d'orchestre Sergiu Celibidache, est fort inhabituelle. Il ne s'agit ni vraiment d'un reportage sur le travail du maitre, ni uniquement d'une mise en images de ses concerts et pas même d'un portrait de son père. L'ambition du jeune cinéaste était de transcrire en langage cinématographique ce qui le fascine chez ce chef d'orchestre octogenaire, c'est-à-dire la totale cohérence d'une vie dont la seule facette connue du public est l'activité de concert.

Echanges du musicien, Leo MARILLIER, avec le public à propos de la direction artistique donnée à l'édition 2024 : "Du geste à la musique"


Domaine privé exceptionnellement ouvert au public

Samedi 18 mai - nuit des musées                                                   abbaye cistercienne de preuilly - Egligny (77)

17 h : Visite guidée du site

sur réservation exclusivement - Places très limitées

Cinquième fille de Cîteaux, l’abbaye est fondée en 1118. C’est à l’époque de la fondation de Preuilly que saint Etienne, troisième abbé de Cîteaux, structura l’ordre cistercien en expansion par une charte, par un subtil équilibre entre centralisme et autonomie. Quelques moines issus de Cîteaux se fixèrent à Preuilly, sous la conduite d’Artaud, premier abbé de Preuilly, condisciple et ami du futur saint Bernard, lui-même premier abbé de Clairvaux. Les terres avaient été achetées par le Comte de Champagne Thibaut le Grand et sa mère, Adèle, fille de Guillaume le Conquérant, pour être données à la jeune communauté.


18 h - CONCERT EVENEMENT

Quatuor KANDINSKY

Hannah Kandinsky, violon I

Israel Gutierrez, violon II

Ignazio Alayza, alto

Antonio Gervilla, violoncelle

 

Le jeune et prometteur quatuor Kandinsky, basé à Vienne en Autriche, et intégré à l'agence Dimore del Quartetto, s'est déjà distingué à de nombreuses reprises : Prix de l'International Mozart Competition Salzburg et de la Boccherini Competition, lauréat des Jeunesse Musicales d'Allemagne et de la Villa Musica. Il obtient en 2023 le 1er Prix décerné pour les 30 ans du Festival Verbier et se produira en 2024 à la Philharmonie de Paris.  Actuellement en résidence à la Biennale de Venise, il se perfectionne également en France auprès des célèbres Quatuors Ebène et Diotima.

Joseph Haydn- Quatuor à cordes en fa majeur op. 77 n°2

Dmitri Shostakovich - Adagio et Allegretto pour quatuor à cordes

Maurice Ravel – Quatuor à cordes en fa majeur

L’essence du quatuor à cordes, c’est le mouvement – ensemble de musique sans chef, ou seul le jeu des notes et des voix entre elles conduisent le concert autant que le travail. C’est l’alchimie du non verbal avec la beauté par le biais de la gémellité unissant les quatre instruments. Travail de l’élan commun traversé de moments de prise de parole d’autant plus touchants. Haydn, le fondateur du genre du quatuor (qui en a écrit 68), est parvenu à la fin de sa vie à une capacité d’originalité et de liberté dans ce genre exigeant et facilement homogène. Le quatuor en fa majeur op.77 fait partie de ces grandes pages de fantaisie où les instruments s’invitent ou se retirent le plus librement, où les prises de parole s’échappent de chacun, dans une éloquence intime. Le mouvement est au centre des deux pièces de Shostakovitch pour quatuor : il s’agit d’extraits de musique de ballet qu’il a voulu réadapter pour quatuor - l’ironie grinçante, squelettique de l’allegretto fait suite à l’émotion sombre, très affectée, de l’adagio d’ouverture. Ce dyptique est unique en quatuor, tant chaque instrument y déploie autant de visages que de notes. Le quatuor à cordes de Ravel clôt le programme : image idéalisée de l’Espagne, de la chaleur méridionale qui berçait son imaginaire, dans un premier mouvement où chaque note est un pas feutré, délicat, pur, et enivrant, et un finale hypnotique et inlassable avec son rythme à cinq temps.



samedi 1er juin - église de bray-sur-seine (77)

15 h 30 : Séance d'initiation à l'ornithologie

Mini-rando à partir du sentier du Bois Prieux à Neuvry (qui jouxte Bray)
A l’observatoire : découverte à l’aide de jumelles et longues-vues des oiseaux du plan d’eau et écoute des passereaux durant le chemin.  Informations sur les notions de diversité et d’adaptation chez ces êtres à plumes avec différents supports pour illustrer les propos.  Marche vers la mare pédagogique de Neuvry afin de comprendre ce que peuvent manger ces oiseaux aquatiques en capturant et observant les invertébrés qui vivent sous la surface.

18 h : CONCERT dans l’église remarquable de Bray-sur-Seine

Violon : Léo MARILLIER
Piano : Orlando BASS

Henri Wieniwaski - Faust Fantaisie

Maurice Ravel - à la manière d’Emmanuel Chabrier (arrangement Léo Marillier et Orlando Bass)

Franz Liszt - Mephisto Polka, Nuages gris, Czardas obstiné (arrangement Léo Marillier et Orlando Bass)

Léo Marillier/Orlando Bass - Double fil (création 2024)

Robert Schumann - Sonate pour violon et piano n.2 en ré mineur op.121

Ce programme est articulé autour du centenaire du Manifeste du surréalisme dont nous fêtons cette année le centenaire. En son coeur, un pari musical, une galipette puisqu’il a une création commune à Orlando Bass et Léo Marillier, commande de l'édition 2024 du Festival : "Double-fil", composé à quatre mains, par le biais d’un système où l’un finit les gestes musicaux suggérés par l’autre, dans une sorte d'd’aller-retour qui n’est pas sans rappeler le travail à contrainte de l’OuLiPo. Gestes  également puisque cette musique explore l’idée même du jouer-ensemble, de ce qui constitue le langage autant corporel que musical unissant des musiciens. D’où le titre de "Double-fil", le fil étant celui d’un funambule. En ouverture de ce programme de splendides acrobaties : le Faust de Gounod, revisité par Wienawski et Ravel, dont le goût virtuose et subtil permet de mettre au grand jour des facettes touchantes de ces thèmes célébrissimes. à travers les gestes musicaux que sont les paraphrases et transcriptions. Grand inventeur du piano moderne, maître farouche de la virtuosité, Franz Liszt préfigure le cubisme, par son goût pour les contrastes indomptés et un aspect machiniste immuable dans ces trois pièces. Le compositeur a exploré à la fin de sa vie les possibilités d’une musique brutale, brute, sombre, où le geste de l’interprète virtuose, d’impressionnant, se fait troublant -  les interprètes vous proposent trois saynètes arrangées par leurs soins illustrant cette fascination. Pour finir, la seconde sonate de Schumann, pont géant entre piano et violon, oeuvre à l’imaginaire foudroyant.


samedi 8 juin - chapelle de lourps

18 h - Mini-rando guidée autour de la Chapelle de Lourps (3 kms)

Descriptif du parcours à venir

 


20 h - CONCERT TRIO

Léo MARILLIER, violon

Tess JOLY, alto

Will MC CLAIN CRAVY, contrebasse
Bohuslav Martinu,
3 madrigaux pour violon et alto
Carl Ditters von Dittersdorf,
Duetto pour alto et contrebasse en mi bémol majeur
Krzysztof Penderecki,
Duo Concertante pour violon et contrebasse
Joseph Haydn,
Divertimento en si bémol majeur Hob.V:8 pour violon, alto et contrebasse

En fait ce programme est une lettre d’amour à la famille d’instruments à cordes frottées interprété par 3 complices et amis qui aiment à frotter leurs engouements et personnalités musicales  à la rencontre des festivaliers d'INVENTIO. Dans la famille des cordes, violon et alto sont comme frère et sœur, et la contrebasse est un parent éloigné, héritière d’une tradition de musique populaire – ce programme développe les affinités de timbre et de beauté entre ces instruments. Les madrigaux de Martinu pour violon et alto, datant de 1942, développent violon et alto dans une suite débridée de chants populaires, d’élans passionnés, alors que le duo de Dittersdorf pour alto et contrebasse est une perle cachée du répertoire classique, pour une formation très originale, où le rôle d’accompagnement originellement voué à ces instruments est éclaté au profit d’une suite de mouvements cordiale, presque étrange, tant la chaleur de ces instruments frappe. Le duo de Penderecki pour violon et contrebasse met en scène un bras-le-corps, un bras de fer entre les deux extrêmes des instruments à corde, qui s’interpellent de manière très expressive. En guise de réunion, un divertimento de Haydn unit les trois protagonistes, avec le goût si particulier de Haydn pour la couleur instrumentale.


Samedi 15 juin - Prieuré saint-ayoul - Provins (77)

18 h : Visite guidée des souterrains de Provins
Départ  entrée des souterrains rue Saint-Thibault - balade guidée par l'office du tourisme du provinois
Le secteur industriel prédominant à Provins au Moyen-âge est la draperie et toutes les activités liées : chaudières, fouleries, teintureries, tiroirs à draps. Les fouleries et teintureries se trouvaient évidemment le long des rivières , établies de préférence le long du Durteint – dont le nom est évocateur. Au XIIIe siècle, pas moins de 3 000 métiers à tisser produisent 100 000 pièces de draps de 20 mètres par an. Une véritable industrie. La production locale de draps «noirs», qui servent à fabriquer des vêtements, capes de laine, a signé la fortune des comtes de Champagne, plus riches que les rois de France.   

20 h : CONCERT au Prieuré Saint-Ayoul

 

Ensemble baroque LA BADAUDE

Nicolas ARZIMANOGLOU-MAS, théorbe et guitare baroque

Thaïs Péron LE OUAY, flûtes à bec

Hyérine LASSALLE, viole de gambe

Maria KACZMAREK, clavecin

 

 

“Echos"

Traité de Athanasius Kirsher, Le chant des oiseaux
Johann Gottfried Walther, Rossignolo
Marin Marais, Les Folies d’Espagne
Air irlandais du XVIIème (Anonyme)
Moylley gys, Jee my Chaarjyn
Piccinini , Toccatta XIII  
Georg-Friedrich Haendel, Sonate en ré mineur HWV367a    

William Byrd, The Bells

Santiago de Murcia, Tarantelas (arrangement)
Suite de reels irlandais du XVIIIème
Santiago de Murcia , Fandango (arrangement)
Tobias Hume , A Pavan
Air irlandais du XVIIème (Anonyme), Ny Kirree fo Niaghtey
Gottfried Finger, Airs Anglois

 

Ce programme est une invitation à la découverte. L’audience est embarquée en une journée imaginaire ou plusieurs scènes musicales se déroulent, en pleine période baroque, hors des frontières physiques. Tel une pièce de musique descriptive, cette sélection se veut un écho de la diversité musicale de l’Europe baroque, une description succincte de sa richesse et de son dynamisme. Tout commence à l’aube, avec des chants d’oiseaux transcrits par Athanasius Kircher en 1650, les instrumentistes sont spatialisées hors-scène et le public comprend que la promenade a commencé. Le programme redonnera vie par la suite à des scènes de danse en France (Folies), Irlande (reels), Italie (Tarentelles) et Espagne (Fandango). Dans sa déambulation, l’auditoire assistera également à des instants plus mélancoliques, teintés de folklore local (sonate en ré mineur de Haendel, airs irlandais) a des célébrations (The Bells, pour clavecin seul) et à des moments plus intimes et graves (Toccata XIII, pour théorbe seul, A Pavan, pour viole seule).
Soulignant l’aspect onirique et fantastique de cette balade, le concert arrive à sa fin avec une passacaille extraite des airs anglois de Gottfried Finger dans laquelle les instrumentistes sont spatialisées à nouveau et font disparaître l’univers musical progressivement, comme un souvenir.



dimanche 30 juin - kiosque d'everly (77)

Parc du Miroir

77157 Everly


A partir de 15 h :

Scène ouverte aux musiciens amateurs et conservatoires

Programme en cours


Evénement sélectionné par l'opération

"JARDINS OUVERTS EN ILE-DE-FRANCE 2024"


dimanche 7 juillet-parc château de flamboin-gouaix (77)

Domaine privé exceptionnellement ouvert au public

65 rue du Château

77114 GOUAIX


14 h 00 : Départ Parc du Château de Flamboin

Mini-rando thématique sur le sentier de la Cocharde (plan d'eau et forêt) avec un guide naturaliste de terrain de la Réserve naturelle de la Bassée - Découvrir la réserve naturelle, les milieux d’intérêt que l’on peut y rencontrer. Site dont l'originalité tient à la diversité de ses paysages, héritage de l’histoire de la Seine : les milieux humides contrastent avec les zones plus sèches. 

Marche sur le sentier, visite ponctuée d’arrêts opportunistes en fonction des occasions (insectes, traces de présence, milieux caractéristiques, espèces protégées…). Le site concentre un patrimoine naturel remarquable pour l'Île-de-France avec un nombre considérable d’espèces floristiques et faunistiques. Au niveau floristique, près de 45% de la flore francilienne y est représentée. Cinq espèces sont classées vulnérables dont trois font l'objet d'un plan de conservation et résistent à l'extinction, présentes exclusivement en Bassée-Montois. 


16 h 30 : CONCERT Duo GRAMMA
François VALLET, percussions
Camille COELLO, alto
Théâtre musical : Autour de « 12 essais d'insolitude » de Jacques Rebotier, issus du recueil « Le dos de la langue »
György Ligeti, Sonate Pour Alto : I. Hora Lunga
Georges Aperghis , « Le corps à corps »
Astor Piazzolla, « 1930 » et « Libertango »



samedi 14 septembre - église de chevru (77)

Place de l'Église

77320 Chevru


20 h : CONCERT

Ensemble LE BATEAU IVRE, Second Prix Concours OSAKA mai 2023.

 Valentin CHIAPELLO, alto
 Jean-Baptiste HAYE, harpe
Samuel CASALE, flûte

Le nom du groupe fait référence au poème éponyme écrit par Arthur Rimbaud en 1871. Jeune poète, Rimbaud bouleverse le paysage poétique français avec une oeuvre radicale, étroitement liée à sa fulgurante trajectoire personnelle. Les compositions originales et choix d'oeuvres interprétées par l'ensemble "Le Bateau ivre" partagent avec le poème de Rimbaud un imaginaire nourri d’exotisme, de rêve, voire d’hallucinations mystiques qui les rattachent au courant impressionniste en général.

Claude Debussy, Sonate n.2 pour flûte, alto et harpe
Claude Pierné, Impromptu-Caprice pour harpe seule
Claude Debussy, Syrinx pour flûte seule

Edgar Varèse,  Density 21.5 pour flûte seule
Max Reger,  Suite pour alto solo en sol mineur op.131d
Léo Marillier, pièce pour harpe seule (création 2024)
Maurice Ravel, Sonatine pour alto, flûte et harpe



samedi 28 septembre -bannost-villegagnon (77)

1 Rue de la Forêt

77970 Bannost-Villegagnon


16 h : Balade des 2 lavoirs guidée par l’association des randonneurs de Bannost

Balade à travers champs, forêts, sentiers sineux. Possibilité de jolies rencontres avec des vaches, des chevreuils, des rapaces dans ce village marqué par la naissance d’un personnage historique d’envergure : Villegagnon ; Provinois , avocat devenu chevalier de Malte, fréquentant les personnages exceptionnels de son époque :  Ronsard, Rabelais, Catherine de Médicis, Charles Quint, François 1er,  doté d'une constitution d’athlète, d'une ambition de conquérant, bon géant marin emportant dans ses bras la petite princesse Marie Stuart » , ce héros de roman tente de concilier l’idéal chevaleresque du moyen-âge et les idées nouvelles de la Renaissance sur le monde, et la foi ; cette conviction le conduit  à mener une expédition au Brésil  où l’ile de la baie de Janeiro porte encore son nom.

18 h : RECITAL PIANO 4 MAINS

Eglise Notre-Dame de Bannost-Villegagnon

Pierre-Marie GASNIER, piano

Virgile ROCHE, piano

"Deux jeunes pianistes qui se connaissent depuis sept ans et se mélangent de temps en temps les pinceaux pour offrir des quatre mains absolument éblouissants. Ils ne sont pas réellement un duo, ils mènent leur vie de pianiste chacun de leur côté, mais de temps en temps ils étudient des œuvres pour quatre mains ou des arrangements. Bonjour, les discussions, les compromis, le qui va prendre la pédale sur cette note, et quelle main doit jouer à gauche ou à droite du clavier etc."

Franz Schubert, fantaisie pour piano 4 mains en fa mineur D.840

Morton Feldman, "four hands"

Paul Dukas, La Péri, ballet pour piano quatre mains

Claude Debussy, 6 épigraphes antiques


Lundi 7 octobre

concert de clôture

Salle colonne - Paris

94 Bd Auguste Blanqui

75013 Paris


20 h : CONCERT-EVENEMENT :  « Faust, mythe romantique »

Œuvres de George Crumb, Maurice Ravel, Franz Liszt, Arnold Schönberg, Ferruccio Busoni et création bicéphale de Léo Marillier et Orlando Bass "Double-fil"
Violon : Léo MARILLIER
Piano : Orlando BASS
Le mythe, matériau d’une extrême richesse, devient matière et miroir des époques qu’il traverse. Pourquoi ne pas explorer le temps d’un spectacle cet être protéiforme ? Et puisque nous connaissons tous Faust, pourquoi ne pas se réunir encore une fois autour de ce mythe, proposer une trajectoire des visions qu’il a inspirées ? Epopée devenue incarnation de l’aventure humaine, et de notre rapport au monde, Faust n’est pas un héros, mais un homme confronté à la décision (mais est-ce une décision dont il est maître ?) entre l’appel de la vie, de la création et l’inéluctabilité de la décadence.

Tragédie originale : un tentateur étrangement courtois propose un pacte, à Faust, le laissant seul, face à un choix qui le dépasse, mais dont il est responsable. En musique, c’est d’abord la parole prophétique de Goethe : « Faust ne peut pas être mis en musique, hormis par Mozart. » que les compositeurs doivent d’abord transgresser. Une fois l’interdiction levée, les bases du romantisme musical posées, avec la mort de Goethe et la naissance du romantisme en musique, le mythe de Faust est devenu une métaphore pour la création, et de ce fait, a fasciné et a façonné toutes les esthétiques musicales. En effet cette sentence de Goethe émise par l’écrivain, 30 ans après la mort de Mozart, a rapidement été démentie par l’histoire de la musique avec des œuvres majeures consacrées à Faust. Le mythe est devenu le catalyseur de la musique romantique et inspire encore…