Robert Casadesus est l’un des pianistes les plus importants du 20ème siècle, représentant la tradition française. Ami de Ravel, il devient aussi un interprète de choix de Bela Bartok. Aux Etats-Unis, il est extrêmement célébré, jouant sous la direction de grands chefs tels que Georges Szell dont il est le pianiste préféré. C’est au compositeur que le jeune violoniste français Léo Marillier diplômé du New England Conservatory de Boston souhaite rendre hommage à l’occasion de cette soirée avec une phalange de l’Ensemble A-letheia qu’il a créé en 2017 : « Concentré de talents à découvrir d’urgence. Formidable énergie commune. .. engagement et étonnante cohésion du jeune ensemble. Jeu tout de poésie et de feu maîtrisé de Léo Marillier »

 

Cette formation de septuor à cordes tout à fait originale, composée en 1961 par Robert Casadesus, sera encadrée de deux œuvres majeures du répertoire de musique de chambre de Brahms et Schönberg.

 

Schoenberg, en contact direct avec les méthodes de composition classiques et romantiques, achève une fusion rare entre la poésie et la musique pure, entre les effluves des thèmes hérités de Wagner, et le travail logique d'un Brahms. Basée sur un poème du décadent Richard Dehmel, la Nuit Transfigurée est un crépuscule et l'aube d'une musique. A son tour, Brahms s'inspire de tout l'imaginaire romantique de la nature, à travers la métaphore de l'eau, pour insinuer dans son second sextuor à cordes une richesse tout ambigüe d'émotions.