Courants d’Est

Entre lyrisme et mysticisme, les œuvres de Scriabine, Janáček et Liszt trouvent ici d’autres points communs.

La virtuosité, si elle est bien présente dans chacune de ces pièces, n’est pour autant jamais traitée de façon concertante et sert une profonde expression. C’est d’ailleurs de façon plus symphonique que purement instrumentale que l’histoire est contée…La recherche de variétés des timbres et des couleurs est omniprésente et les contrastes, tant d’émotions que de nuances, parfois extrêmement brusques, sont au cœur de ce programme.

Composé par le tout jeune Scriabine alors qu’il n’a pas encore dix-huit ans, le cycle de Mazurkas Opus 3 puise son influence dans l’œuvre de Chopin. Cependant, comme une mise en bouche, ces miniatures musicales laissent déjà entrevoir le style très singulier du compositeur russe, empreint de ruptures et de mélodies presque improvisées.

Légèrement plus tardive, la Sonate n°2 Opus 19 est en deux mouvements. Le premier mouvement évoque le calme d’une nuit sur l’océan puis la sombre agitation des profondeurs, quand enfin la merveilleuse tonalité finale de mi majeur serait l’apparition apaisante d’un clair de lune. Le second mouvement, d’un seul élan, représente quant à lui les vagues tumultueuses, la tempête…

Le 1er octobre 1905, à Brno (capitale de la Moravie), une partie de la population proteste contre l'ouverture d'une université tchèque. Janáček, heurté tant par le décès d'un jeune contre-manifestant moldave que par l'attitude militaire, témoigne de son indignation en composant sa Sonate pour piano. C'est la volonté de transcender l'émotion qui bâtit alors la forme de cette œuvre, aux fragments tantôt nostalgiques, tantôt furieux.

 

Enfin, comme en miroir avec la seconde sonate de Scriabine, il est probable que la Ballade n°2 de Liszt soit un nouveau récit d’océan tempétueux qu’un héros amoureux tente de dompter à plusieurs reprises pour rejoindre sa promise. Les vagues grondent une première nuit, la bien-aimée chante, appelle. La deuxième nuit est plus terrible encore et la troisième aura raison du jeune homme qui malgré sa bravoure ne survit pas à la colère divine abattue sur les flots…