Né en 1969 à Besançon, Franck Yeznikian rentre dans le monde de la musique par la porte d’une cave en tant que batteur au sein d’un groupe qui se, délitant, éclate le Set des instruments pour offrir un horizon questionnant la dimension du langage en musique selon la double partition du profane et du sacré comme de l’oralité et de l’écriture. Remonte les escaliers en tant qu’objecteur de conscience et à travers les nervures de la magie sonore de l’art acousmatique (cursus au CNR de Lyon avec Denis Dufour), commence à étudier en privé avec Klaus Huber lequel lui enjoint de se plonger au regard de sa musique naissante, dans l’étude de l’art du contrepoint médiéval ce qu’il fait au CNSMD de Lyon dans la classe de Gérard Geay. Parachève ses études de composition avec Robert Platz en Hollande. Son travail est traversé par le questionnement de la pensée à l’endroit de la poésie, de l’histoire de l’art, de la philosophie et de la psychanalyse comme si la musique en proposerait une emportée. Il a reçu certains prix dont le premier prix du concours international de composition pour orchestre de la ville de Besançon, un prix d’encouragement de l’Akademie der Künste Berlin et le prix de la ville de Salzbourg en partage avec Klaus Huber.  https://www.franckyeznikian.com/