A la croisée des écoles russe, française et américaine, le violoniste Léo Marillier, âgé de 22 ans, a d’abord été formé par la violoniste biélorusse Larissa Kolos au CRR de Paris. Il entre à 15 ans au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris dans la classe d’Alexis Galpérine et en sort premier nommé de sa promotion en 2013. Il rejoint ensuite le New England Conservatory à Boston où, grâce à un Full Merit-Award accordé par la Fondation Florence Gould, il se perfectionne auprès de Miriam Fried. Il obtient son Master de soliste et un Graduate Diploma avec les meilleures récompenses au NEC ; depuis 2016, il est en résidence artistique à la Fondation des États-Unis où il a fondé l’ensemble de musique de chambre A-letheia. Léo suit actuellement un double curusus : second master de recherche et de performance au Conservatoire Royal de la Haye avec Philippe Graffin et Joe Puglia et un Diplôme d'Artiste-Interprète en répertoire contemporain au CNSMDP avec Hae-sun Kang. « A creative, thinking musician, Marillier is surely destined to become a major artist of our time », ainsi salué par la presse lors d’une tournée en Lituanie, Léo est invité comme soliste dès l’âge de 13 ans par le Wiener Concert Verein, Danish National Youth Orchestra, LOH Orchestra, Klaipeda Chamber Orchestra, Eureka Orchestra, et se produit sous la direction de chefs tels que Thomas Rösner en en Allemagne, France, Danemark, Lituanie, Etats-Unis ; il interprète le Concerto de Tchaïkovski avec l'Orchestre symphonique inter-universitaire de Paris en 2015 et prochainement le Concerto pour violon de Beethoven sous la direction de Jacob Bass. Premier prix et Prix spécial Mozart 8e Concours Dvarionas, Prix d’honneur au Concours Bellan, premier prix Concours Marschner, et Prix spécial Concours Tchaïkovski (junior), il est soutenu successivement en France par le Fonds Instrumental Français, puis par Mécénat Musical Société Générale. A son actif, de nombreux récitals dans des salles prestigieuses : Jordan Hall, la Sorbonne, Lincoln Center, l’Oratoire du Louvre, Gyeonggi Arts Center, Utopia Hall, Centre National des Arts d’Ottawa, Hôtel de Soubise… Il est invité de festivals tels que le Festival de musique des Arcs, Festival de Menton.  Vivement intéressé par la musique de son temps, il crée de nombreuses œuvres de compositeurs et est invité à Berlin en 2018 pour créer le Concerto pour violon "Jouissance de la différence V" d'Eun-Hwa ChoInvité grâce à un Full Merit-Award par le prestigieux Festival Aspen pendant l’été 2016, il a également bénéficié des conseils de grands maîtres tels que Sylvia Rosenberg, Donald Weilerstein, Renaud Capuçon, Jean-Jacques Kantorow, Ronald Copes, Schlomo Mintz, Victor Danchenko, Joël Smirnoff, Giora Schmidt, Pierre Amoyal, Stephane Tran Ngoc, Pinchas Zukerman,  Patinka Kopec, and Sergey Kalinovsky lors de rassemblements de jeunes talents tels que le Festival de Radio-France, Young Artists Academy, Académie de Villecroze, Crans Montana Classics, Starling-Delay Julliard Symposium, Académie de Lausanne.  Après un premier disque, Fantaisies d’Opéra, enregistré avec le pianiste Alexandre Lory en 2014, qui rassemble certaines de ses transcriptions  éditées chez Delatour et jouées au Club de Harvard, sa première composition Résurgences a été créée à la Maison de la Radio en 2016. Chambriste passionné, on l'entendra prochainement Salle Cortot avec le pianiste Irakly Avaliani. 

Léo joue actuellement un violon Nicolas Lupot (1811) prêté par un mécène anonyme.