Bernard Fournier, musicologue

Après avoir soutenu une thèse d’État, Beethoven et la modernité (Paris, 1993), pour laquelle il a obtenu les félicitations du jury à l’unanimité, Bernard Fournier a enseigné dans le département de musicologie de l’université Paris VIII où il était chargé de la préparation à l’agrégation de musique (histoire de la musique).

Il a toujours pratiqué une musicologie humaniste nourrie par ses multiples centres d’intérêt. Ingénieur de formation (École centrale de Lille), violoniste amateur, Bernard Fournier, a été pendant quarante ans premier violon de quatuors semi-professionnels (Quatuor Serioso depuis 1986, Quatuor Antonia depuis 1990) donnant jusqu’à dix concerts par an. Son amour de la littérature l’a conduit à soutenir une thèse sur Stendhal, Sémiologie des personnages de Lucien Leuwen (Paris 1976).

Il a publié, dès les années 1970, plusieurs articles d’analyse littéraire et de musicologie (notamment dans la Revue Europe). Il est l’auteur de L’Esthétique du quatuor à cordes (Fayard 1999), ouvrage pour lequel il a obtenu le Prix des Muses 2000 du meilleur essai, et de L’Histoire du quatuor à cordes (Fayard 2000, 2004, 2010) en trois volumes : le tome 1 traite de la période de Haydn à Brahms, le tome 2 de 1870 à l’entre-deux guerres et le tome 3 de l’entre-deux-guerres au XXIe siècle, les deux derniers en collaboration avec Roseline Kassap-Riefenstahl. Le tome 3 a été distingué par quatre récompenses : coup de cœur de l’académie Charles Cros (musique contemporaine), prix du syndicat de la critique, Prix Cattenacci de l’académie des Beaux-Arts, Prix des Muses (Histoire de la musique). Dans le cadre de la Folle journée de Nantes 2005 consacrée à Beethoven, il a publié chez MIRARE, Les Quatuors de Beethoven, Programme et guide d’écoute, dans le cadre de l’intégrale chronologique.

En 2014, il a publié chez Fayard le Panorama du quatuor à cordes qui propose une synthèse des quatre ouvrages précédents sur le quatuor, destinée à faire découvrir ce genre à un large public. La même année, il devient membre du Quartett Forum, réseau regroupant de grandes institutions (La Cité de la musique, l’association ProQuartet, le festival Quatuor en Luberon, le festival Quatuor à l’Ouest, celui du pays de Fayence, le festival Cordes en ballade, l’Académie de musique de chambre d’Aix en Provence, le concours de quatuor à cordes de Bordeaux, etc.) et comme autre personnalité indépendante Stéphane Goldet, productrice à France musique de l’émission Les Plaisirs du quatuor. Ce réseau a pour but de faire rayonner le quatuor par toutes sortes de moyens (journées d’étude, communications, tables rondes, promotion de concerts et de festival, articles, émissions de radio, etc.) ainsi que de promouvoir et faire connaître la création contemporaine et de favoriser une pratique amateur exigeante.

En octobre 2016, paraît chez Fayard, Le Génie de Beethoven, synthèse en quelque 400 pages de sa thèse Beethoven et la modernité, où les grandes œuvres du compositeur sont scrutées sous l’angle de trois catégories qui illustrent particulièrement bien le génie innovant de Beethoven : l’énergie, l’espace et le temps. Cette publication coïncide avec l’ouverture de l’exposition Ludwig van, le mythe Beethoven de la Philharmonie de Paris qui a commencé le 14 octobre 2016 et pour laquelle il a été choisi comme conseiller musicologique ; il a également rédigé pour le catalogue un article, intitulé Muss es sein?

En Janvier 2020, il a participé au livre collectif Beethoven et après publié par Fayard et Mirare pour la Folle Journée avec un chapitre intitulé Modernités de Beethoven. En avril 2020, doit paraître chez Buchet/Chastel À l’écoute des quatuors de Beethoven qui est une version intermédiaire (160 pages) entre le Guide d’écoute des quatuors de Beethoven (Fayard-Mirare, 2005) et les 700 pages consacrés aux quatuors de Beethoven dans l’Histoire du Quatuor, tome I (Fayard, 2000).

Bernard Fournier est fréquemment sollicité pour rédiger des notices de concert (ProQuartet, Abbaye de l’Épau, Musée d’Orsay, Cité de la musique, Philharmonie de Luxembourg, Quatre archets pour Dijon, Musicades de Lyon, etc.) et des articles sur le quatuor à cordes, comme ce fut le cas pour la revue Analyse musicale et pour la revue Cité Musiques à l’occasion de certaines biennales de quatuor à cordes. Parmi ses articles récents les plus importants, il a publié en 2011 « Le Quatuor, figure emblématique de la musique occidentale » dans la revue L’éducation musicale en relation avec un sujet de l’agrégation de musique et en 2013 « Quelques clefs pour comprendre et goûter l’art du quatuor » dans le « beau livre » Voces intimae, le quatuor au rendez-vous des arts et des lettres, édité par l’association belge Proquartetto (2014) et « Silence, Beethoven compose ! » pour la revue Une larme du diable (2015).

Membre fondateur de l’Association Beethoven France, il écrit régulièrement pour la revue de l’association. Il a notamment rédigé une série de douze articles sur la Missa Solemnis, regroupées sous le titre La Missa Solemnis, Chef d’œuvre mal entendu.

Il est régulièrement invité à prononcer des conférences dans le cadre de manifestations où le quatuor à cordes occupe une place importante.

Il a également participé à des émissions de télévision (Antenne 2, Télévision de Suisse romande, Direct 8) et à de nombreuses émissions de radio autour du quatuor à cordes sur France-Musique et France culture ou à la Radio-Suisse-Romande et à la RTBF.

Bernard Fournier a travaillé régulièrement en collaboration avec le Quatuor Ysaÿe pour lequel il a rédigé pendant plusieurs saisons des textes de programme. En 2004 et 2005, il a participé aux différentes intégrales chronologiques des quatuors de Beethoven que le grand quatuor français a données à Tours, Nîmes et Saint-Émilion et pour lesquelles il assuré les présentations de chaque concert en les illustrant d’exemples musicaux joués par le quatuor. Il a rédigé la plupart des textes des livrets d’accompagnement des disques enregistrés par le Quatuor Ysaÿe (Ysaÿe Records). Il collabore également avec d’autres labels comme Nascor, Mirare ou Naïve et a écrit des textes pour les quatuors Ébène, Hermès, Modigliani, Psophos, Terpsycordes et Voce.

Depuis janvier 2011, il participe sous forme d’entretiens filmés à Parade, lettre électronique des éditions Universal, où il est question notamment de « quatuors d’aujourd’hui » (Philippe Fénelon, Marc Monnet, Philippe Hersant, Nicolas Bacri, Pascal Dusapin, Philippe Manoury, Jean-Frédéric Neuburger, etc.) mais aussi de la grande tradition du XXe siècle (Maurice Ravel, Albéric Magnard, Darius Milhaud, Arthur Honegger, Charles Koechlin, Ermend Bonnal, Albert Roussel, Alexandre Tansman, Giacinto Scelsi, Eugène Enesco, etc.). Certaines de ces vidéos peuvent être regardées sur le site bernard-fournier-quatuor.com.

Dans le cadre du colloque associé au concours de musique de chambre de Lyon, il a prononcé deux communications Les Quatuors de Beethoven, une écriture de l’extrême (2015) et L’Évolution du style de Beethoven à travers ses Sonates pour piano et violoncelle (2016) qui ont donné lieu à publication dans les actes du dit colloque.